2014 Artistes

 

Philippe BelangerPhilippe Bélanger

Philippe Bélanger est né à Aylmer (Québec, Canada). Dès l’âge de neuf ans, il est nommé organiste de l’église Saint-Paul de cette même ville. Il étudie l’orgue avec Monique Gendron au Conservatoire de musique du Québec à Hull et auprès de John Grew à l’Université McGill. Philippe Bélanger se perfectionne lors des classes de maîtres données par Marie-Claire Alain, par Daniel Roth et par Ludger Lohmann. Il occupera plusieurs postes d’organiste, dans la région d’Ottawa, dont à l'Église St-Rémi et à la Basilique-cathédrale Notre-Dame d’Ottawa, puis à Montréal, à l’Église Saint-Matthias (Westmount), au Collège presbytérien et à la Maison mère des sœurs grises.

 

En novembre 2002, alors qu’il n’a que 27 ans, Philippe Bélanger est nommé, sur concours, titulaire des grandes orgues de l’oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal. Il se produit régulièrement au Canada, aux États-Unis et en France. Il s’est fait entendre sur les ondes de Radio-Canada et a enregistré pour l’Office national du film du Canada. En 2001, il remportait le premier prix au Concours John Robb du Collège royal canadien des organistes et en 2002, le premier prix de la Ligue d’improvisation à l’orgue (LIO).

 

Philippe Bélanger est aussi reconnu pour son amour de la facture d’orgue. Il est actuellement directeur artistique de la manufacture d’orgues Baumgarten.

 

Serhiy SalovSerhiy Salov

C'est dans sa ville natale de Donetsk, en Ukraine, que Serhiy Salov fait ses premiers pas dans le monde de la musique. Il y reçoit une solide formation dépassant largement la simple technique du piano, embrassant la composition, l'improvisation, ainsi que les champs multiples de la musicologie, sans oublier l'étude des langues, sujet qui le passionne et qui lui permet de déployer une autre dimension de sa nature hautement expressive. Il fait ses débuts devant public à l'âge de 11 ans avec l'orchestre national d'Ukraine, interprétant le Concerto en la mineur d'E. Grieg. L'année suivante, il donne son premier récital solo à la salle de la Philharmonie de Donetsk.

 

A l'âge de 15 ans, M. Salov part pour l'Allemagne où il est admis à l'école supérieure de musique de Freiburg dans la classe de Michel Béroff. Diplômé, il se rend ensuite à Londres pour quatre années supplémentaires de maîtrise à la Guildhall School of Music and Drama.

 

Serhiy Salov travaille, entre autres, avec les chefs de renom Leonard Slatkin, Christopher Warren Green, Lawrence Foster, Jacques Lacombe et Yannick Nézet-Séguin, et se produit avec les orchestres symphoniques de Montréal, Québec, Calgary, Salt Lake City, Tokyo et Berlin, l'Orchestre National de Radio France, ainsi que le Philharmonia, le Royal Philharmonic et le City of London Sinfonia.

 

M. Salov a reçu de nombreux prix internationaux, dont trois premiers prix (Dudley, Épinal, Montréal), un second (Gina Bachauer ) et trois troisièmes (Long-Thibaud, Hamamatsu et Tromso).

 

Son CD Autour de Chostakovitch a été couronné Disque classique de l'année 2007 aux Prix Opus, et son Printemps sacré des Slaves (Analekta, 2010) a été encensé par la critique, notamment en raison de sa glorieuse transcription du Sacre du printemps de Stravinski. 

 

Donna BrownDonna Brown

Donna Brown étudie le piano, le chant et la composition à Ottawa et à l’Université McGill de Montréal, avant de se perfectionner à Paris avec Noémie Perugia et Daniel Ferro. Elle poursuit ensuite ses études à Salzbourg où elle suit les cours d’Edith Mathis.

 

Reconnue pour son agilité vocale, la qualité angélique de sa voix, elle se produit sur les plus grandes scènes internationales et notamment à Paris, Londres, Tokyo, Berlin, San Francisco et Los Angeles, sous la direction des plus grands chefs tels que Sir John Eliot Gardiner, Helmuth Rilling, Carlo Maria Giulini, Wolfgang Sawallisch, Kurt Masur, Daniel Barenboim, Charles Dutoit, Pinchas Zuckerman, Bernard Haitink et Trevor Pinnock.

 

Très acclamée pour ses prestations dans les rôles de Pamina, Sophie, Almirena, Gilda, Elvira, Rosina et Micaela.

 

Donna Brown accorde une grande importance au récital et se produit avec les pianistes Michel Dalberto, Maria Joao Pires, Roger Vignoles et Philippe Cassard.

 

Elle a également été filmée (sur scène et en concert) par de nombreuses chaînes de télévision en France, Angleterre, Suisse, Allemagne, Espagne, Canada et au Japon.

 

Maria KnapikMaria Knapik

La soprano Maria Knapik s’est produite à plusieurs reprises avec de grands orchestres et maisons d’opéra en Amérique du Nord et en Europe. Grâce à une forte présence sur scène et une voix passionnée, Mme Knapik respire la vie dans tous les rôles qu’elle interprète, que ce soit Tosca, Alzira, Mimi, Donna Anna et autres. Elle a respectivement reçu, de l’Institut américain de la culture polonaise et du gouvernement polonais, la médaille d’or et la médaille "Gloria Artis" en reconnaissance de ses efforts pour promouvoir la culture et les arts polonais au Canada et à travers le monde. De plus, Mme Knapik est la seule artiste, à ce jour, à avoir été nommée «Artiste en résidence» par Carmela Altamura, fondatrice et directrice du Altamura Center for Arts and Culture, dans l’État de New York.


Mme Knapik travaille actuellement sur un nombre de projets pour cet automne, dont un concert qui serait donné à Carnegie Hall avec Maestro et pianiste Michel Brousseau.


 

Isabelle Lacrois

Isabelle Lacroix

La soprano Isabelle Lacroix a complété ses études en interprétation vocale au niveau de la maîtrise à l’université d’Ottawa. Elle a interprété le rôle de Fiodiligi dans Così fan tutte et Zerlina dans Don Giovanni avec l’Atelier d’opéra de l’Université d’Ottawa. Elle était membre du Programme de jeunes artistes d’Opéra Lyra, avec qui elle a interprété le rôle de Hansel dans Hansel and Gretel de Humperdinck, le rôle de Cendrillon dans Cinderella de Rossini et le rôle de la Reine de la nuit dans La flûte enchantée de Mozart. Elle a aussi interprété le rôle d’Annina dans La Traviata, Ines dans Il Trovatore et Frasquita dans Carmen avec Opera Lyra Ottawa. En tant que soliste, elle a interprété le Messie de Händel, en collaboration avec CAMMAC, la Messe en fa mineur de Bruckner, sous la direction de David Currie et plusieurs autres œuvres, dont la cantate de Bach, Wachet auf, ruft uns die Stimme, le Requiem de Mozart et le Gloria de Vivaldi. Elle a participé à  plusieurs récitals, parmi lesquels figure le concert « Barocco » présenté à Montréal dans le cadre du « Festival d’orgue et de couleur », « Les Concert Ponticello », le « Southminster Concert Series », le « Festival Pontiac Enchanté », le « Cleary Chamber Music Series » et le « Festival sous les pins. » Récemment, Mlle Lacroix a interpreté le rôle d’Annina dans la production d’Opera Lyra Ottawa de l’opéra La Traviata en concert,et participé en tant que soliste dans un récital pour le Southminster Noon-time Concert Series ainsi que dans le Requiem de Brahms à Rideau Park United Church. Elle interprétera le rôle d’Electra dans l’opéra Idomeneo de Mozart au mois de juillet, ainsi que des airs de Bach et Handel en récital à l’église All Saints le 31 mai à Ottawa et à l’université de Queens à Kingston en automne.

 

 

Janelle LapalmeJanelle Lapalme

Janelle Lapalme, soprano, a complété avec honneur sa maîtrise en musique à l’université de Montréal.  Sa dernière année a été couronné par son récital de maîtrise, son récital de mi-maîtrise et comme soliste de l’ensemble Baroque de l’université de Montréal.  De plus, elle a interprété le rôle d’Adina dans L’Elisire d’Amore de Donizetti lors du concert d’extrait pour l’atelier d’opéra de l’université de Montréal. Elle a aussi organisé et participé à un concert de collecte de fond pour la fondation de cancérologie du nord.  Les faits saillants de la carrière de Mme Lapalme incluent les rôles de Zerlina dans Don Giovanni et Papagena dans Die Zauberflöte avec la Troupe d’Opéra de l’Université d’Ottawa,  soliste invité pour l’orchestre de l’Université d’Ottawa dans leur production de Mendelssohn Le Songe d’une nuit d’été, soliste devant l’Ensemble Calixa-Lavallée,  soliste pour une production de Leçon des Ténèbres signé par David Buley, ainsi que dans le Magnificat de J.S. Bach, une production de l’Université Laurentienne.  Elle a participé aux opéras Cavalleria Rusticana et Pagliacci, produits par Opéra Lyra Ottawa, qui ont eu lieu au Centre national des Arts.  Janelle entreprendra en septembre une deuxième maîtrise en à l’Université de Toronto en interprétation historique et elle est récipiendaire de la bourse de la Fondation Baxter et Alma Ricard. 

 

 

Erinne-Colleen LaurinErinne-Colleen Laurin

Erinne-Colleen Laurin détient un baccalauréat spécialisé en musique en performance vocale de Carleton University. En 2011, elle a gagné le concours provincial de la Ontario Music Festival Association menant à sa compétition dans le cadre du Festival de musique national de 2011. En 2012, elle remporte la première place au niveau diplômé du Student Vocal Festival de la National Association of Teachers of Singing (NATS) d’Ottawa. En Novembre 2013, elle est finaliste pour la deuxième fois au concours Brian Law Opera Competition. Erinne-Colleen a chanté comme soliste soprano dans Le Messie de Haendel avec le Divertimento Orchestra dirigé par le chef d’orchestre Gordon Slater, l’orchestre de CAMMAC sous la direction de Louis Lavigueur et l’orchestre Sinfonia Sacra sous la direction de Uwe Lieflander. Elle a joué le rôle de Romilda dans l’opéra Serse de Haendel, le rôle de Galatea dans l’opéra Acis and Galatea de Haendel et le rôle‑titre dans Alcina de Haendel et Armide de Lully avec orchestre baroque. Au cours de l'été 2013, elle a joué le rôle de Madame Herz dans l’opéra Der Schauspieldirektor de Mozart à Salzbourg, en Autriche.  Récemment, Erinne-Colleen a joué le rôle de Sophie de l’opera Werther de Massenet et, en temps que soloiste, elle a interprété les oeuvres Vesperae solemnes de confessore de Mozart et Harmoniemesse de Haydn avec orchestre. En Mai 2014, elle a eu l'honneur de chanter l”hymne national accompagnée de  l'Orchestre du Centre national des arts lors du Gala des Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle (PGGAS).

 

Jacinthe PariséJacinthe Parisé

Jacinthe Parisé est une ancienne élève  de l’École de musique Vincent d’Indy de Montréal et de l’École de musique de l’Université d’Ottawa. Tout au long de sa carrière fleurissante, Jacinthe a chanté avec différents orchestres au Québec et en Ontario. Elle a performé dans plusieurs récitals et concerts où elle a interprété airs, mélodies, lieder, extraits d’opéras , requiems... Jacinthe a joué entre autre les rôles de Micaela de l’opéra Carmen , Suor Angelica  , Serpina dans la Serva Padrona.  Ella a participé à la production  d’opérettes, de comédies musicales et festivals et notamment  finaliste à l’atelier d’opéra de Montréal. Alors qu’elle participait à l’enregistrement de concerts pour la Canadian Broadcasting Corporation ainsi que la Société Radio-Canada, elle a aussi dirigé de nombreux chœurs de musique sacrée dans plusieurs régions. Parisé, prend part à une série d’ateliers en Italie pour parfaire son art et sa technique en compagnie de nombreux artistes de renommée internationale tout en présentant de nombreux concerts dans la région de Milan. Professeure de technique vocale, elle accompagne ses élèves vers la compréhension de la technique et de l’art  lyrique. Un maître dans sa matière qui transmet avec force, émotions et authenticité la nature des chefs-d’œuvre qu’elle interprète.


 

 

Marya WoyiwadaMarya Woyiwada

Marya Woyiwada, soprano, a reçu son baccalauréat en musique (interprétation vocale) de l’université d’Ottawa en 2006 avec Ingemar Korjus. Pendant qu’elle a été étudiante, elle a été la vedette de plusieurs opéras. Depuis ce temps, elle a réalisé avec Opéra Lyra Ottawa, le Savoy Society et dans plusieurs collaborations avec Jean Desmarais. Ses rôles opératiques comprennent Zerlina et Donna Anna (Don Giovanni), Musetta (La Bohème), la contesse et Susanna (Le Nozze di Figaro), First Lady (Die Zauberflöte), Mabel (The Pirates of Penzance) et Phyllis (Iolanthe). Récemment, Marya a reçu son baccalauréat en éducation, et elle enseigne pour la commission scolaire publique à Ottawa.

 

 

Carole Portelance

Carole Portelance

Carole Portelance, mezzo-soprano, joue un rôle actif dans la scène de la musique classique à Ottawa depuis plusieurs années, ayant déjà chanté avec la Société chorale d'Ottawa et les Cantata Singers d'Ottawa, et maintenant en tant que soliste, en concert et en récital.   Elle a chanté en récital au sein des séries de concerts aux églises St.Luke’s Anglican et Glebe St. James United, et, en tant que soliste, dans des concerts avec le Chœur du Centenaire canadien, CAMMAC, le Harmonia Choir of Ottawa, la Chorale de la Basilique Notre-Dame d’Ottawa, le Ottawa Brahms Choir, la Chorale de l'Université d'Ottawa, la chorale Castenchel, le North Grenville Concert Choir, et l'ensemble de chambre vocale, Singers’ Storybook.  Parmi ses performances récentes sont le Requiem de Duruflé avec le Chœur du Centenaire canadien, le Stabat Mater de Dvořák avec CAMMAC,  "The Last Night of the Proms " à église anglicane St. Matthias, et des chansons du compositeur slovaque Ján Cikker avec le pianiste Jean Desmarais.

 

 

Jean-Philippe Fortier-LazureJean-Philippe Fortier-Lazure

Gagnant le deuxième prix de la compétition Centre Stage du Canadian Opera Company, M Fortier-Lazure Est fier d’être invite au prestigieux Ensemble Studio pour leur saison de 2014/2015. Selon Christophe Huss du journal Le Devoir de Montréal, Jean-Philippe Fortier-Lazure est «le meilleur jeune ténor québécois que nous avons entendu depuis longtemps ».Au cours des dernières saisons, M. Fortier-Lazure a joué le rôle de Rinuccio dans Gianni Schicchi, Pelléas dans Pelléas et Mélisande et Le Chevalier de la Force dans les Dialogues des Carmélites avec l’Atelier d’opéra de l’Université de Montréal, sous la direction de Jean-François Rivest. Autres faits saillants comprennent le Requiem de Mozart avec l’Orchestre symphonique de Deep River et Le Messie de Handel à l’église anglicane St. Matthew d’Ottawa. M. Fortier-Lazure a également interprété au Centre national des Arts, le rôle de Beppe dans la production Silver Cast Pagliacci de l’Opéra Lyra d’Ottawa. Comme il s'intéresse également à l'Oratorio, M. Fortier-Lazure a interprété des œuvres telles que Carmina Buranade Orff, Lauda per la Nativita de Respighi, Missa Dei Filiide Zelenka, Theresienmesse de Haydn, entre autres.

 

Originaire de Kitchener-Waterloo, M. Fortier-Lazure a commencé sa formation vocale formelle à l'âge de 18 ans à l'Université d'Ottawa avec Laurence Ewashko et a chanté avec des groupes tels que la Ottawa Choral Society, le Cathedral Choir of Men and Boys et les chanteurs d'Ewashko, avec qui il est parti en tournée à travers la France, l'Angleterre et l'Italie. Il étudie actuellement à l'Université de Montréal avec Catherine Sévigny. M Fortier-Lazure a l’honneur d’être nommé “Protégé” du grand Baryton-Basse Joseph Rouleau dans le cadre du Prix du Gouverneur Général pour les arts du spectacle.

 

 

Dillon ParmerDillon Parmer

Les spectateurs apprécient tout particulièrement DILLON PARMER pour sa voix “respirant la chaleur et le lyrisme” tandis que les critiques ont qualifié ses récitals de « spécialement gratifiants, » « raffinés » et « exceptionnels ». M. Parmer a été entendu à la radio CBC de même qu’à la télévision et s’est produit comme soliste invité avec plusieurs compagnies dont Opéra Lyra Ottawa, I Musici de Montréal, la chorale Nathanial Dett, Seventeen Voyces, Thirteen Strings, l’Orchestre de chambre de Gatineau, Musica Divina, l’orchestre symphonique de Trois-Rivières, l’Orchestre symphonique de Timmins, l’Orchestre symphonique du nouveau monde, le Choeur classique de l’Outaouais, le Canadian Centennial Choir, Opera Breva, and les Productions lyriques de Gatineau. M. Parmer est un chanteur d’oratorios polyvalent dont le répertoire compte plus de quarante rôles majeurs. Il brille autant dans la Messe en si mineur de Bach que dans le Saint Nicolas de Britten, le Messie de Handel, leDie Jahreszeiten de Haydn, le Requiem de Mozart, l’Elijah  de Mendelssohn, la Neuvième symphonie de Beethoven ou le Stabat Mater de Rossini. M. Parmer a raffiné ses habiletés dramatiques et comiques dans près de trente rôles opératiques allant des Cosi fan tutteDon Giovanni et Die Zauberflöte de Mozart à  Betly et Rita de Donizetti, en passant par La Périchole et Barbe-bleued’Offenbach, Dialogues des Carmélites de Poulenc et Gallantry de Moore. Un supporter convaincu de l’avant-garde, M. Parmer a créé plusieurs compositions, dont la première canadienne de Scenes from the Life of a Martyr de Smith Moore (œuvre mise en nomination pour un prix Nobel ; Toronto Center for Performing Arts), de même que la première mondiale de Restful Mourning d’Anthony Davis, une oeuvre commémorant le 11 septembre 2001 (Piccolo Spoleto). L’an dernier, M. Parmer a entrepris, sous la direction de Bill Schumann, l’étude de rôles lyriques-spinto. La présente saison inclut un gala consacré à Britten, Das Lied von der Erde de Mahler et un récital de duos pour tenor et baryton; il participera également avec Men of Note et au Under the Pines Music Festival. La saison prochaine le verra se produire comme Pollione dans le Norma de Bellini, comme Tamino dans la Flute enchantée de Mozart, comme Faust dans La damnation de Faust de Berlioz, et comme Alfredo dans La traviata de Verdi.

 

 

Phillip HolmesPhillip Holmes

Phillip Holmes est un baryton-basse qui habite à Norway Bay, Québec. Il a étudié pendant des années le chant, le piano et l'orgue. Il a donné des concerts au Canada et à l'étranger, et a obtenu plusieurs prix et bourses d'études.

 

En 2006, Holmes complète un Baccalauréat en musique (performance vocale) à l’Université d’Ottawa, où il étudie avec Lawrence Ewashko. Antérieurement, il avait étudié le chant avec Patricia Kern à l’Université de Toronto. Il a aussi travaillé avec Mervin Fick (Toronto), María Guinand (Allemagne) et Daniel Lichti (Kitchener- Waterloo).

 

Phillip Holmes a chanté avec la Ottawa Choral Society, les Cantata Singers, CAMAC, le Cathedral Choir of Men and Boys, le Valley Festival, Seventeen Voyces et MacMillan Singers de Toronto. Il a été soliste dans Mendelssohn - Elijah, Brahms - Requiem, Handel - Messiah, Fauré - Requiem, Bach - La passion selon Saint-Jean, Rossini - Stabat Mater, Rutter - Messe des enfants, Vaughn William - Five Mystical Songs et Peter Cornelius - Weihnachtslieder.

 

Phillip Holmes a été le premier à jouer Robber Father dans l’opéra de Bruce Nichol, A Christmas Rose, et il a tenu le rôle principal du Colonel John Bye dans la comédie musicale de Timothy et Laura Piper, Bye Bye Bytown. Il a joué Alidoro dans Cendrillon, produit par l’Opéra Lyra d’Ottawa, ainsi que Paris dans Roméo et Juliette.

 

En 2006 Holmes a été finaliste dans la série de télévision de Bravo, Bathroom Divas, qui a gagné un prix Gemini.

De 2001 à 2007 Holmes s’est produit à Stuggart en Allemagne avec le International Bachakademie Festival Choir & Orchestra dirigé par Helmuth Rilling pour le Europäishes Musikfest. Ses performances incluent Verdi - Requiem et  Messa per Rossini, Bruckner - Te Deum, Beethoven - 9e Symphonie et Fidelio, Mendelssohn - Elijah et Britten - War Requiem.

 

Phillip Holmes est professeur d'art dramatique à l’école secondaire Philemon Wright à Gatineau, Québec. Il y a dirigé des comédies musicales telles Grease, Annie, Les Misérables, Jesus Christ Superstar, Into the Woods, Joseph and the Amazing Technicolor Dreamcoat, RENT, - (2013, Cappies prix de la meilleure comédie musicale), et dernièrement, Legally Blonde. Il continue de donner des concerts et offre des cours privés de chant et de piano. Depuis 2012, Phillip Holmes est membre-fondateur et directeur général de Sous les pins, un festival de musique classique qui a lieu à Bristol, Québec.

 

 

Denis Lawlor

Denis Lawlor

Fier de ses origines terre-neuviennes, le baryton Denis Lawlor à chanté abondamment à l'opéra et en concert au Canada et à l'étranger. Ardent défenseur de l’Art du Chant, Denis a interprèté la plupart des grands cycles de chansons dont : Die Schöne Müllerin, Winterrise (Schubert), Les Histoires Naturelles (Ravel) et plus récemment Dichterliebe (Schumann) au Centre National des Arts en duo avec le pianiste Jean Desmarais.

 

Ayant participé au programme pour jeunes artistes Opéra Lyra, Denis a eu l’occasion d’y effectuer de nombreux rôles dont Papageno (Die Zauberflöte), Figaro / Il Conte(Le Nozze), Guglielmo / Don Alfonso (Cosi fan tutte), Don Giovanni et plus récemment Ben (Le Téléphone) au Festival Musique et Autres Mondes à Ottawa.

 

Denis a été artiste en résidence au Centre d’Arts de Banff et a pu chanter en concert à Berlin (Allemagne), au Vermont (en mémoire de Gérard Souzay) ainsi que partout au Canada. On retrouve parmi ses performances récentes: le Requiem de Fauré, Cosi fan tutte, Bach Kanata 140 et en récital avec des mélodies de Debussy.

 

Diplômé de l'Université d'Ottawa, Denis a étudié avec le baryton-basse Ingemar Korjus ainsi qu’avec le pianiste Dalton Baldwin.

 

Denis est le père très fier d'un garçon de quatre ans, Emmanuel.

 

 

Jean DesmaraisJean Desmarais

Interprète et pédagogue de renommée internationale, le pianiste Jean Desmarais cultive un vaste et éclectique répertoire qui fait de lui un artiste recherché. Il a étudié auprès de Monique Collet- Samyn, Anisia Campos (Canada), Monique Deschaussées (Paris), Dalton Baldwin (États-Unis) et Joanna Stieler (Berlin). En constante demande comme soliste, chambriste et pianiste collaborateur, il s’est produit en Europe, aux États-Unis et au Mexique, en plus bien sûr du Canada. Il a été soliste invité de nombreux ensembles, dont l’Orchestre du CNA, l’Orchestre philharmonique de Chihuahua (Mexique), l’Orchestre Philharmonique du Nouveau-Monde, Les Violons du Roy et I Musici de Montréal, et a collaboré avec des artistes de renom comme Kiri Te Kanawa, Amanda Forsyth, Yannick- Muriel Noah, Ben Heppner, Joel Quarrington, Johannes Debus et Pinchas Zukerman. En 2011, il a joué le concerto Empereur de Beethoven avec l’Orchestre de la francophonie.

 

Membre du corps enseignant de l’Institut estival de musique du Centre national des Arts, Jean Desmarais a aussi été coach et répétiteur invité à la Compagnie d’opéra canadienne (Don Carlos, Pelléas et Mélisande, Guerre et Paix, Die Zauberflöte, etc.). Il a interprété plus d’une centaine de créations mondiales dont la plupart de compositeurs canadiens.

 

Il a reçu la médaille commémorative du 125e anniversaire de la Confédération canadienne pour sa remarquable contribution au rayonnement des arts au pays et à l’étranger.

 

 

Frédéric Lacroix

Frédéric Lacroix s’est présenté en concert à travers le Canada, les États-Unis, en Europe et en Asie comme soliste, chambriste, et pianiste collaborateur. On peut l’entendre régulièrement sur les ondes de la société Radio-Canada. Suite à l’achat d’un pianoforte (une copie d’un instrument d’Anton Walter de 1790) par l’université d’Ottawa, Frédéric dévoua une partie de son temps à l’étude et à l’interprétation de la musique sur les instruments de l’époque classique, travail pour lequel il se mérita le titre de ‘Westfield Center Performing Scholar’ pour l’année 2008-09. Il joua sur pianoforte des concertos de piano de Wolfgang Amadeus Mozart avec les orchestres symphoniques d’Albany, de Cape Cod, l’orchestre de chambre d’Ottawa, et l’orchestre de l’université Cornell.
           
Intrigué par la diversité musicale quasi-infinie de la musique nouvelle, Frédéric a collaboré avec plusieurs compositeurs et interprètes dans la création d’œuvres canadiennes et américaines. De plus, il est actif en tant que compositeur, ayant composé pour le festival de musique de chambre d’Ottawa, la Society of American Music, la Canadian University Music Society, le Chœur Classique de l’Outaouais et autres interprètes canadiens importants. Son cycle de mélodie, Nova Scotia Tartan (2004), est présenté sur Hail, un disque dévoué à la mélodie et à la poésie canadienne.

 

Un des musiciens les plus occupé de la région, Frédéric travaille en tant que pianiste, collaborateur, pédagogue (à l’université d’Ottawa), et compositeur. Il détient des diplômes de l’Université de Montréal, de l’Université d’Ottawa et de l’université Cornell, où il est présentement en train de terminer ses études doctorales en musique sous la tutelle de Malcolm Bilson. Il a aussi étudié le piano avec Marc Durand, Cynthia Floyd, Andrew Tunis, Jean-Paul Sévilla, et Monique Collet-Samyn.

 

 

Michel BrousseauMichel Brousseau

Musicien accompli, le chef d’orchestre canadien Michel Brousseau est le Chef et Directeur artistique du Choeur et de l’Orchestre philharmonique du Nouveau Monde, du Choeur classique d’Ottawa, du chœur Les Chanteurs de Sainte-Thérèse,du Chœur Tremblant et du Chœur International.

 

Michel Brousseau a été initié à la musique très tôt.  Sa passion et son talent ont été remarqués lorsqu’il a entrepris, à l’âge de neuf ans, des études de piano de façon intensive.  Il a rapidement développé un intérêt pour la musique symphonique et dès l’âge de quatorze ans, il savait qu’il deviendrait chef d’orchestre.  Il a étudié la direction d’orchestre avec le maestro Raffi Armenian et a terminé ses études au Conservatoire de Musique de Montréal, où il a obtenu le Premier Prix de piano à l’unanimité.  Il a également étudié la direction d’orchestre auprès de Otto Werner-Müller, Milen Nachev, Valery Vachev et Aldo Faldi, entre autres.  Il a dirigé en Italie, en France, en République tchèque, en Roumanie, en Bulgarie, en Ukraine, aux États-Unis et au Canada.

 

Depuis quelques années, la passion de Michel Brousseau pour l’opéra a atteint de nouveaux sommets et il consacre la plus grande partie de sa carrière à ce répertoire.  Il est souvent invité à diriger dans plusieurs maisons d’opéra d’Europe.  En 2005, il a été finaliste du Concours international de Direction d’opéra « Luigi Mancinelli » qui s’est tenu en Italie. 

 

En 2010, à la suite des succès des tournées internationales et des invitations à se produire à l’étranger, Michel Brousseau a créé le Choeur International qui regroupe des choristes provenant de ses quatre formations chorales et d’une sélection des plus belles voix du chant choral au Québec, dans le seul but de se produire à l’étranger.  En juin 2010, Michel Brousseau et le Choeur International ont été invités à présenter la Messe solennelle de saint Remi de Théodore Dubois au Carnegie Hall de New York, avec le New England Symphonic Ensemble. 

 

En mai 2011, Michel Brousseau, quatre solistes invités, quatre chœurs et un orchestre complet ont obtenu un très grand succès au Centre National des Arts d’Ottawa où ils ont présenté la Messa da Requiem de Giuseppe Verdi.

 

En février 2013, Maestro Brousseau a été invité à diriger six représentations de l’opéra Pinocchio au très réputé théâtre San Carlo di Napoli.

 

Nick RodgersonNick Rodgerson

 En tant qu’accompagnateur pigiste, Nick Rodgerson travaille avec plusieurs studios de chant, chorales et instrumentistes. Nick apprécie également les pièces orchestrales au piano. Parmi ses performances, on compte notamment Les Planètes de Holst, les Symphonies No 1 et 5 de Shostakovich et le Concerto No 2 de Bartók au mois d’avril 2014 avec l’Orchestre du Centre national des Arts. Il détient une maîtrise en interprétation au piano de l’Université d’Ottawa et un baccalauréat en musique de Dalhousie University, où il a obtenu la Médaille de l’Université de 2005 en musique. En juin 2013, Nick a vécu un moment fort de sa carrière lors d’une série de trois concerts du Concerto pour clavecin en Ré mineur de Bach avec les Strings of St John’s.

 

 

Thaddeus MordenThaddeus Morden

Originaire d’Ottawa, Thaddeus est un pigiste actif dans la ville, il est violoncelle solo de l'Orchestre Symphonique d'Ottawa depuis deux ans, et a récemment joint les Thirteen Strings. Thaddeus travaille également comme  violoncelliste supplémentaire avec l'Orchestre du CNA.  Il a  étudié principalement avec  Donald Whitton et Amanda Forsyth, avant de poursuivre un B.Mus a l’Université McGill avec Yegor Dyachkov et Matt Haimovitz.

 

 

 

 

 

Jacinthe PariséJoanna G'froerer

Joanna G’froerer est l’une des flûtistes les plus connues au Canada.  Flûte solo de l’Orchestre du CNA depuis 1992, elle mène une brillante carrière comme musicienne d’orcherstre, chambriste, soliste et pédagogue.

 

Mme G’froerer se produit régulièrement comme soliste avec l’Orchestre du CNA et de nombreux autres prestigieux orchestres et ensembles canadiens.  Elle joue également souvent au Festival de musique de chambre d’Ottawa et dans le cadre de la série Musique pour un dimanche après-midi.  En 1990, elle a remporté le concours de l’Orchestre symphonique de Montréal dans la catégorie des instruments à vent.

 

Son tout dernier enregistrement, réalisé chez Naxos avec ses collègues du Quintette à vent du CNA et le pianiste Stéphane Lemelin, est consacré à la musique de chambre de Saint- Saëns.  Il a été le “choix du rédacteur” dans le numéro de mars 2011 du magazine, Gramophone.

 

Née à Vancouver, dans une famille de musiciens professionnels, Joanna  G’froerer a étudié dans cette ville auprès de Kathleen Rudolph , et à l’Université auprès de Timothy Hutchins.  Elle a enseigné la flûte à l’Université McGill et à l’Université d’Ottawa.  Elle fait actuellement partie du corps professoral de l’Institut estival de musique du CNA.  En 2007, elle a enseigné et s’est produite comme artiste résidente au Campos do Jordao Festival, au Brazil.

 

 

Michelle Gott

Récemment couverte d’éloges pour sa « merveilleuse interprétation » par l’Ottawa Citizen, Michelle Gott est une harpiste polyvalente qui se consacre à la présentation du répertoire traditionnel et à la création de nouvelles œuvres en collaboration avec de jeunes compositeurs. En tant que musicienne d'orchestre, Mme Gott a joué avec le New York Philharmonic, le Boston Symphony Orchestra, l'Orchestre du Centre national des Arts, et les Boston Pops. Elle a beaucoup joué pour des productions de Broadway, notamment The Producers et The Fantastiks et pour des artistes comme Olivia Newton-John et Jennifer Sheehan. Mme Gott s’est produite à titre de soliste avec l'Orchestre symphonique de Terre-Neuve, le Quatuor à cordes de l'Atlantique, et au Lincoln Centeren tant que gagnante du concours de concerto de Juilliard en 2009. Interprète passionnée de musique contemporaine, Michelle a travaillé avec le brillant compositeur et chef d'orchestre, Pierre Boulez, en qualité de membre du Lucerne Festival Academy Orchestra en Suisse (2009 et 2011). Mme Gott a aussi été gagnante en 2004 et en 2006 du prix Anne Adams, lauréate en 2005 de l'American Harp Society National Competition et en 2012, elle a été quart de finaliste au Concours International de harpe en Israël. Elle est également récipiendaire du Prix Peter Mennin de Juilliard pour son leadership exceptionnel et son excellence dans les arts ainsi que de la subvention française F. Richard pour la recherche en vue d’une thèse de doctorat. Mme Gott détient un baccalauréat et une maîtrise en musique en interprétation de la harpe de laJuilliard School sous la direction de Nancy Allen où elle est actuellement inscrite au programme doctoral en arts musicaux. Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter le site www.michellegott.com.

 

 

Emily WestellEmily Westell

La violoniste Emily Westell s’est taillé une réputation de musicienne polyvalente. Elle a donné des récitals dans le cadre des International Holland Music Sessions et a été soliste avec l’Orchestre de chambre de Paris, l’Orchestre philharmonique de Calgary, et dans le cadre des festivals de Tanglewood (Massachusetts) et de Banff. Elle s’est également produite dans des festivals comme ceux de Prussia Cove (Angleterre), de Norfolk (Connecticut), de Spoleto (Charleston, Caroline du Sud) et d’Orford (Québec). Par ailleurs, elle joue régulièrement avec l’Orchestre du Centre national des Arts.

 

Ses concerts ont été diffusés sur les ondes de la CBC et de Radio-Canada et elle a pris part au CD Rollin’ Down #1 du Land’s End Chamber Ensemble, qui a remporté le prix du meilleur album classique dans le cadre des Western Canada Music Awards. Ardent défenseur de la musique nouvelle, elle a interprété en primeur des œuvres avec notamment le Harvard Group for New Music, les Columbia Composers et le Callithumpian Consort. Ancienne professeure de violon et de musique de chambre à l’Université McGill, Emily Westell a récemment obtenu son diplôme du prestigieux programme en interprétation Pinchas Zukerman à la Manhattan School of Music.

 

Emily Westell joué sur le 1717 Windsor-Weinstein Stradivari violon qui lui est prête par la Banque d’instruments de musique du Conseil des arts du Canada.

 

 

Sonya Probst, Alto

Sonya commença à étudier le violon à l’âge de quatre ans. Elle poursuivit ses études en performance à l’université McGill. Dans la deuxième année de ce programme, elle découvrit sa passion pour l’alto. Parmi ses enseignants à McGill furent Yehonaten Berick (violon), Douglas McNabney (alto) et André Roy (alto.) Après sa graduation, elle travailla pendant un an pour la Symphonie de la Nouvelle-Écosse comme  alto assistante principale intérimaire. Aujourd’hui, elle est musicienne de chambre avide et fait des tournées avec plusieurs groupes y compris le Blue Engine String Quartet. Elle est récipiendaire de plusieurs prix, bourses et subventions, dont le concours de la bourse de l’orchestre du CNA. Sonya vit présentement à Ottawa où elle a joué avec l’Orchestre du Centre National des Arts, 13 Strings, l’Orchestre Symphonique d’Ottawa et l’Orchestre Symphonique de Gatineau. Sur le plan contemporain elle a joué avec de nombreux artistes, notamment Barbra Streisand, Harry Connick Jr et Anne Murray. Elle a aussi joué dans plusieurs comédies musicales dont Anne Of Green Gables et Le Roi Lion.

 

 

Sean RiceSean Rice

Natif de St. John’s (Terre-Neuve), Sean Rice s’est produit abondamment en Amérique du Nord et dans le monde entier. À la radio, on a pu l’entendre en récital sur les ondes du réseau national de Radio-Canada / CBC, de la station radiophonique RDS en Suisse et, à Terre-Neuve, dans le cadre de l’émission musicale hebdomadaire Musicraft. À un âge précoce, M. Rice a été invité à se produire dans un concert présenté en matinée avec l’Orchestre du Centre national des Arts, dans le cadre de la Tournée du Canada atlantique de 2002. Depuis, il est apparu comme soliste avec l’Orchestre symphonique de Québec, le Nouvel Ensemble Moderne, l’ensemble Axiom, The New Juilliard Ensemble, l’Orchestre symphonique de la Nouvelle-Écosse, l’Orchestre symphonique de Terre-Neuve, le Pioneer Valley Symphony Orchestra et le Memorial University Chamber Orchestra.

 

Sa réputation comme interprète de musique contemporaine ne cesse de s’étendre; récemment, le New York Times saluait en lui « un protagoniste exubérant, d’une grande précision technique » pour sa prestation dans le Quintette pour clarinette et quatuor à cordes de Magnus Lindberg. M. Rice s’est produit à l’Académie du Festival de Lucerne de Pierre Boulez (2008-2010), au Museum of Modern Art de New York dans le cadre de la série estivale Summergarden (2007-2009), au Chamberfest 2007, au festival Focus! de la Juilliard School of Music, au Centre national des Arts dans le cadre du Programme des jeunes artistes (2005-2006), au Festival de musique de Banff et au Festival de musique de chambre de Tuckamore. De plus, il a pris part à de nombreux récitals de musique de chambre, à titre d’artiste invité, dans le cadre de la série de récitals de la faculté de musique de l’Université Memorial.

 

 

Aura GilesAura Giles

Flûtiste et compositrice, Aura Giles se trouve à l’aise dans tous les genres, soit comme soliste, chambriste ou musicienne d’orchestre, mais elle préfère travailler auprès des compositeurs sur des nouvelles pièces, jusqu’à présent jamais interprétées. Elle a eu l’honneur de jouer plusieurs premières, incluant des pièces par Andrew Ager, Victor Sanchez, James Wright, Margaret Ashburner et Jennifer Jolley, entre autres. Aura s’est produite en soliste concerto avec l’Alberta Baroque Ensemble ainsi qu’avec l’Orchestre de l’Université d’Ottawa. Présentement, elle est flûte solo d’Ottawa Chamber Orchestra. Elle a obtenu le grade M.Mus en interprétation, flûte, à l’Université d’Ottawa et le M.A en composition avec Steven Gellman.

Les pièces solo d’Aura étirent les habiletés traditionnelles des flûtistes grâce à leur utilisation de fortes composantes vocales. Son style de composition tire ses sources d’une combinaison éclectique de genres, soit le jazz, le folk, la musique contemporaine fortement structurée et la musique classique, ainsi que d’autres styles. Dévouée à l’interprétation et la promotion de la musique nouvelle, Aura s’est joint au conseil d’administration d’Ottawa New Music Creators en 2010.